Expositions et projets en cours

Musée Unterlinden

Place Unterlinden
68000 COLMAR

info@musee-unterlinden.com

+33(0)3 89 20 15 50

Horaires d’ouverture

Mercredi au lundi : 9h —18h
Fermé le mardi
1er jeudi du mois : 9h — 20h

1.1, 1.5, 1.11, 25.12 : fermé
24.12 et 31.12 : 9h —16h

 

Expositions et projets

LE MUSÉE BOUGE !

Le Retable d’Issenheim et sa restauration

Qu’est-ce que le Retable d’Issenheim ?

Historique

Le Retable d’Issenheim est l’une des œuvres les plus célèbres au monde.

Devenu aujourd’hui l’œuvre phare du Musée Unterlinden, le retable tient son nom du village alsacien d’Issenheim pour lequel il fut réalisé.

Peint entre 1512 et 1516 par Grünewald (vers 1475,1480-1528) et sculpté par Nicolas de Haguenau (actif à Strasbourg de 1428 à 1526), ce monumental polyptique* (3,30m sur 5,90m) ornait le maître-autel de l’église de la commanderie hospitalière des Antonins à Issenheim, dont la vocation était de soigner des malades atteints du « mal des ardents » appelé aussi le feu de Saint-Antoine.

Ce véritable fléau au Moyen Âge étant en fait provoqué par l’ingestion d’ergot de seigle. Ce parasite de la céréale présent dans le pain de mauvaise qualité, engendrait des hallucinations, souvent proche de la démence, ainsi que des nécroses des extrémités du corps. Les malades venaient se faire soigner à la commanderie, réputée également pour les amputations réalisées par des chirurgiens laïcs.

*polyptique : ensemble de panneaux peints ou de reliefs sculptés, liés entre eux, comprenant souvent des volets pouvant se replier sur une partie centrale.

 

Pourquoi parle-t-on de chef-d’œuvre ?

Considéré comme tel dès sa création au 16ème siècle, le retable a été protégé et vénéré tout au long des siècles pour son brio artistique, la richesse des couleurs employées et l’expressivité des scènes et des personnages exécutés par les deux artistes.

Grünewald est en effet le premier à peindre la souffrance du Christ de manière aussi radicale, ce qui permettait certainement aux malades de se retrouver et se comparer au Christ dans cette souffrance agonisante.

De Picasso à Bacon en passant par Matisse ou Dix, on ne compte plus les artistes bouleversés par ce chef-d’œuvre. Il représente véritablement l’une des créations les plus extraordinaires et énigmatiques de l’histoire de l’art occidental.

 

Pourquoi une restauration ?

Vieux de plus de 500 ans, le retable a dans son ensemble été bien conservé. Néanmoins les sculptures sont très fragilisées et les panneaux peints sont obscurcis par les vernis anciens jaunis et opaques.

Une étude complète menée par le Centre de Recherche des Musées de France (C2RMF) en 2013-2014 a permis de dresser un état de l’œuvre et de fixer le protocole de sa restauration (10 scènes peintes sur 8 panneaux de bois et 13 sculptures taillées dans le tilleul).

 

Pendant la restauration du Retable d’Issenheim, le chef-d’œuvre de Grünewald reste visible !

Depuis 2019, les restaurateurs des peintures travaillent directement sous les yeux du public. Venez d’ores et déjà admirer au Musée Unterlinden les couleurs révélées, les profondeurs des champs grâce à l’amincissement des vernis sur l’ensemble des panneaux peints, les ciels bleus, le vêtement qui couvre Marie a retrouvé sa blancheur et de petits anges réapparaissent…

En parallèle, les restaurateurs des sculptures opèrent dans l’atelier de restauration du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France à Paris. Les restaurateurs procèdent au nettoyage de la polychromie originale. Depuis février 2020, une partie des sculptures sont à nouveau visibles : les apôtres, le Christ et un rinceau ajouré orné des symboles de évangélistes. L’or est éclatant, et les glacis jaune, orange, rouge, vert ou bleu sur feuilles d’argent contrastent avec les visages plus ou moins burinés.

Cette restauration redonnera une harmonie colorée à l’ensemble du retable, un exemple rare et exceptionnel tant la cohérence est forte entre les peintures et les sculptures.

 

Campagne de restauration des peintures en 2020 … et ça continue en 2021 !

L’aventure de la restauration du Retable d’Issenheim continue dans la salle du retable, en présence des visiteurs du musée.

La prochaine campagne concernera les encadrements altérés et fragilisés des panneaux de la Crucifixion, Annonciation et Résurrection.

Profitez de votre prochaine visite pour observer les restaurateurs dans leur travail.

 

 Le musée expose ses « Grands formats »

Jusqu’à mi mars 2021

La collection d’art moderne et contemporain est redéployée dans la salle d’exposition du bâtiment de l’Ackerhof pour permettre la présentation inédite des « Grands Formats » jusqu’à présent conservés dans les réserves du Musée Unterlinden.

Les œuvres monumentales d’Olivier Debré, de Joe Downing, de Karl-Jean Longuet, de Georges Mathieu, d’Alicia Penalba et d’Agnès Thurnauer envahissent l’espace de la salle d’exposition. Certaines n’avaient jamais été présentées au public (La Porte de la nuit de Karl-Jean Longuet et La Fontaine d’Alicia Penalba), d’autres, comme la tapisserie La Flamme et l’océan que Jean Lurçat n’étaient pas sorties de nos réserves depuis 30 ans.

 

 

Exposition-dossier en cours

Colmar, Ville rêvée

Jusqu’au 02 novembre 2020

L’exposition Colmar ville rêvée propose cinq thèmes, induits par les collections,

qui renvoient à l’image de la ville, à son économie et à ses habitants :

– Portraits d’une Ville

– Habitants

– Savoir-Faire

– Colmar, capitale des vins d’Alsace

– Plus jamais ça !

Chaque section peut être abordée par chacun différemment : une simple déambulation historique, une invitation à réfléchir sur son quartier, ses voisins et son travail, une incitation à rêver sa ville.

 

En raison du contexte sanitaire actuelle, la programmation 2020/2021 peut être soumise à des modifications. Nous vous tiendrons informés d’éventuels changements.