La société
Schongauer

Les actions

« Le Musée d’Unterlinden est géré et administré par la Société Schongauer (association privée de droit local, 1908) dans l’ancien couvent des dominicaines appartenant à la ville de Colmar. La Société Schongauer a pour mission de conserver, étudier, classer, et enrichir les collections d’œuvres réunies au Musée d’Unterlinden.
Elle assure la présentation, en facilite l’accès et la connaissance au public, prend toutes les mesures propres à assurer leur sécurité […]
Elle est responsable de la programmation et de l’organisation des expositions temporaires ».
(extrait des statuts de la Société Schongauer, 1994)

Elle valide et finance les différentes actions proposées par la conservation : acquisitions et donations, expositions, restaurations. En effet, grâce à la Société Schongauer, le Musée d’Unterlinden a obtenu deux donations d’envergure, l’une du collectionneur Jean-Paul Person (Dubuffet, Chaissac, De Staël…) et la seconde de l’artiste franco-américain Joe Downing de plus de 120 œuvres.


1847 : Fondation de la Société Schongauer 

En 1846, Louis Hugot, archiviste-bibliothécaire de la ville de Colmar fonde un cercle d’érudits et d’amateurs chargés de constituer un cabinet d’estampes et une école de dessin. En 1847, ce cercle prend le nom de « Société de Martin Schongauer », et souhaite créer un musée à Colmar, le chef-lieu du département. Le bâtiment du couvent des dominicaines d’Unterlinden, laissé à l’abandon, est menacé de destruction. Louis Hugot suggère alors de le transformer en musée.

1849 : L’église du couvent est affectée à la Société Schongauer

Le 20 juin 1849, la Société Schongauer obtient de la municipalité de Colmar, l’affectation de l’église d’Unterlinden pour rassembler non seulement les œuvres issues du séquestre révolutionnaire, mais aussi celles récemment acquises par l’association elle-même.

Elle s’engage à prendre à sa charge tous les frais de remise en état et d’installation du nouveau musée dans l’église.

En 1849, la Société compte déjà 700 membres.

3 avril 1853 : Inauguration du musée

Le Musée Unterlinden, installé dans l’église rénovée de l’ancien couvent, ouvre ses portes au public pour la première fois le 3 avril 1853. Sont présentés des panneaux peints du Moyen Âge, des retables, des peintures modernes, des gravures, des moulages de plâtres antiques ainsi que la mosaïque de Bergheim, mise au jour en 1848.
En 1848, dans un petit village du vignoble alsacien proche de Ribeauvillé, est mise au jour la mosaïque de la villa gallo-romaine de Bergheim, l’une des rares mosaïques découvertes en Alsace et certainement la découverte archéologique la plus spectaculaire de l’époque. La mosaïque est acquise par le département qui en fait don à la ville de Colmar. Elle est l’une des toutes premières œuvres à être installée dans l’église du couvent, visible dès l’ouverture du musée Unterlinden le 3 avril 1853.


Louis Hugot (1805-1864)
Né à Strasbourg en 1805, Louis Hugot étudie le droit à Paris, puis intègre l’école Nationale des Chartes où il obtient son diplôme d’archiviste-paléographe.
En 1837, le maire de la ville de la Colmar, le Docteur Morel, lui propose le poste d’archiviste de la ville. En 1841, on lui confie la bibliothèque, qu’il enrichit considérablement d’ouvrages littéraires et scientifiques. Grand érudit, Louis Hugot est très impliqué dans le monde associatif. Il décide de créer une société littéraire en 1839. Puis, quelques années plus tard, en 1846, il fonde un cercle d’érudits qui prend le nom de « Société de Martin Schongauer » en 1847. Cette société a pour vocation la création d’un cabinet d’estampes doublé d’une école de dessins.
L’influence de la société rayonne sur tout le département. Elle étend aussi ses activités à la sauvegarde des objets issus du séquestre révolutionnaire, entreposés dans les combles du collège de la ville, l’actuel lycée Bartholdi.
C’est sous l’impulsion de Louis Hugot que ces œuvres sauvegardées seront montrées au public pour la première fois dans l’ancienne église des dominicaines, instituant de la même façon le Musée Unterlinden. En 1860, il publie le premier catalogue du nouveau musée.