Conférence | Cycle histoire de l’art

Musée Unterlinden

Place Unterlinden
68000 COLMAR

info@musee-unterlinden.com

+33(0)3 89 20 15 50

Horaires d’ouverture

Mercredi au lundi : 9h —18h
Fermé le mardi

1.1, 1.5, 1.11, 25.12 : fermé
24.12 et 31.12 : 9h —16h

 

Cycle histoire de l’art | Une déclaration d’amour

La conférence par Daniel Schlier, peintre et dessinateur, professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris initialement prévue le 3 juin est reportée au 15 septembre 2022. Nous vous remercions de votre compréhension.

« Cette conférence est en quelque sorte une déclaration d’amour, une tentative pour mettre des mots sur ce qui, jusqu’il y a peu, relevait des coulisses de l’atelier. Le Retable d’Issenheim est une batterie inépuisable qui accompagne mon travail de peintre et de dessinateur depuis de nombreuses années. »
Le peintre et dessinateur, Daniel Schlier parcourt sa vie d’artiste et d’homme à la lumière du Retable d’Issenheim.
Ou comment un chef d’œuvre peut « marquer » la vie d’un d’homme et nourrir la démarche artistique d’un créateur.

Date | 15.09.22 –  Conférence initialement prévue le 3.06.22 est reportée au 15 septembre.
Horaire | 18h30
Durée | 1h
Tarif | Gratuit
Lieu | Accès Piscine (jauge limitée*)

3 questions à Daniel Schlier

1. Quand avez-vous eu le coup de foudre pour le Retable d’Issenheim ?

Une première visite au musée été 1974. J’étais adolescent et j’avais un job d’été dans une colonie à Labaroche. Lors d’une sortie pour les enfants je me suis glissé dans le groupe. Une lumière blonde de fin de journée. Le sentiment d’avoir vu quelque chose de plus grand que moi, que je ne pouvais pas comprendre. Pas de coup de foudre, juste un souvenir. Comme beaucoup de rencontres importantes cela ne se décide pas forcément la première fois. Depuis ce jour je ne compte plus les visites. Seul ou en petit comité. C’est l’énergie à laquelle je vais recharger mes batteries. J’aimais particulièrement les visites en décembre/janvier dans la fraîcheur de la chapelle avant la restauration du bâtiment. Les malheureux gardiens souffraient à côté d’un radiateur, mais pour moi le froid ambiant ne comptait pas face à la chaleur du retable.

2. Dans votre travail de peintre, quelle influence a le retable ? Cherchez-vous à reproduire la technique picturale de Grünewald ou à la revisiter en créant une technique qui vous est propre ? Le cas échéant, est-ce le dessin, le trait qui vous inspire ?

Non. Le retable a aujourd’hui 500 ans et stylistiquement beaucoup de choses se sont passées depuis dans l’histoire des formes et idées. Le copier littéralement revient à parler l’alémanique de l’époque pour converser aujourd’hui. Par contre au cours des ans je suis de plus en plus fasciné par l’oeuvre et l’attitude esthétique que peut incarner Grünewald. Un des premiers modernes, un artiste qui articule sa peinture avec le contexte dans lequel il vit. Son oeuvre n’est pas soumise au seul regard du commanditaire. Il est également le miroir de son histoire et a sa vie propre. La couleur, le dessin, l’articulation des sujets avec la forme restent exemplaires pour penser une oeuvre aujourd’hui.

3. Ce chef-d’œuvre est une source d’inspiration dans votre travail d’artiste. Sa restauration a révélé des détails, des couleurs et des profondeurs de champs. Va-t-elle nourrir autrement vos créations ?

La restauration a permis de vérifier certaines intuitions qui étaient enfouies sous le vernis jauni. Des gestes de peintres, des manières d’appliquer la couleur. Des détails extrêmement sophistiqués côtoient des « lâchers » inattendus. La balance et l’équilibre général de la palette est à nouveau lisible. Dans sa richesse incroyable, ses ruptures de couleurs et d’espaces. Tout cela se voyait mais se devinait surtout par endroits. À présent la vérité s’expose nue.

 

* Pour participer aux événements, nous vous invitons à réserver : du lundi au vendredi au +33 (0)3 89 20 22 79 ou reservations@musee-unterlinden.com / le week-end au +33 (0)3 89 20 15 58 ou billetterie@musee-unterlinden.com