Vous êtes ici : Accueil // Collections // XIXe siècle // Peintures // Théophile Schuler (1821-1878)

Théophile Schuler (1821-1878)

Le char de la mort, 1851

La crise du milieu du XIXe siècle et notamment la Révolution de 1848 marquèrent profondément l’esprit romantique de certains artistes. Tel fut le cas de Théophile Schuler, peintre originaire de Strasbourg, élève de son compatriote Martin Drolling à Paris puis de Paul Delaroche qui l’initia à la peinture d’histoire. Le char de la Mort daté de 1848 exorcise le tumulte des évènements qui secouent l’Europe cette année là. Inspiré autant par les Danses macabres d’Holbein que par le goût romantique pour l’ésotérisme et l’au-delà, Schuler conçoit une composition audacieuse d’une grande richesse iconographique. Sur un char mené par treize chevaux réduits à l’état de squelettes chevauchant dans un paysage désolé de cimetière aux tombes béantes, la Mort emporte sur son passage tous les hommes, qu’importe leur condition telle la figure du roi tentant vainement de retenir sa couronne. Les arts ne sont pas épargnés, évoqués à la fois par leurs personnifications féminines ainsi que par la pierre tombale portant, au centre de la composition, le nom de l’auteur.

 

 

Une oeuvre, ça s’écoute aussi

Écoutez un extrait du commentaire audio de cette oeuvre:

Ecouter le commentaire
Théophile Schuler (1821-1878)
 

Théophile Schuler, Le char de la mort, 1848,
huile sur toile, musée Unterlinden, Colmar