Sans titre

Comme un écho aux figures de Dürer ou de Schongauer, le Musée Unterlinden s’est récemment enrichi de 12 gravures d’Henri Goetz, un artiste franco-américain d’origine alsacienne. Cette acquisition vient renforcer les collections d’art graphique moderne qui comptent déjà des œuvres de Johnny Friedlander, de Jeanne Coppel, de Max Beckmann ou d’Otto Dix…
Henri Goetz a révolutionné la gravure du 20e siècle par l’invention en 1967 d’une nouvelle technique au carborundum qui autorise une exploitation plus poussée des textures et des couleurs permettant une plus grande liberté d’expression, faisant de lui le plus grand graveur du 20e siècle. Son art a subi l’influence des rêves surréalistes, du lyrisme chromatique de la Nouvelle École de Paris et de la gestuelle de l’expressionnisme abstrait américain. Tout comme Joe Downing, l’autre peintre américain bien représenté dans les collections du musée, Goetz a exploré de nombreux supports et matériaux (peinture, dessin, gravure, pastel, papyrus) avec des techniques innovantes (gravure au carborundum, pastel chauffé). Leur goût commun pour l’abstraction, les couleurs et les matières rapprochent également ces deux artistes.

Retour à votre sélection