la_cage_doiseauHirn

Nature morte à la cage aux oiseaux

L’Alsace a connu à la fin du 18e et au cours du 19e siècle une importante industrie textile. Si l’impression sur étoffes reste attachée à la ville de Mulhouse, des manufactures installées à Colmar ont également réalisé ce type de production. C’est notamment le cas de la manufacture Haussmann, liée à la famille du préfet de la Seine et installée à Logelbach. Comme pour les soieries lyonnaises, les modèles sont fournis par des peintres talentueux au service de la manufacture. Jean Georges Hirn fait partie de ceux-là. Après avoir effectué son apprentissage dans le dessin pour impression à Mulhouse, il entre à la Manufacture Haussmann en 1802. Rapidement, ses talents dans le domaine des peintures de fleurs dont témoignent les tableaux sur toile ou sur cuivre conservés au Musée Unterlinden, lui valent une certaine reconnaissance comme peintre de chevalet. A la manière des maîtres hollandais du 17e siècle, il privilégie un naturalisme minutieux dans la description des fleurs, derrière lesquelles peut parfois se cacher une lecture symbolique.L’Alsace a connu à la fin du 18e et au cours du 19e une importante industrie textile. Si l’impression sur étoffes reste attachée à la ville de Mulhouse, des manufactures installées à Colmar ont également réalisé ce type de production. C’est notamment le cas de la manufacture Haussmann, liée à la famille du préfet de la Seine et installée à Logelbach. Comme pour les soieries lyonnaises, les modèles sont fournis par des peintres talentueux au service de la manufacture. Jean Georges Hirn fait partie de ceux-là. Après avoir effectué son apprentissage dans le dessin pour impression à Mulhouse, il entre à la Manufacture Haussmann en 1802. Rapidement, ses talents dans le domaine des peintures de fleurs dont témoignent les tableaux sur toile ou sur cuivre conservés au Musée Unterlinden, lui valent une certaine reconnaissance comme peintre de chevalet. A la manière des maîtres hollandais du 17e siècle, il privilégie un naturalisme minutieux dans la description des fleurs, derrière lesquelles peut parfois se cacher une lecture symbolique.

Retour Galerie -1 Retour à votre sélection