Olivier Debré, Longue Ocre, 1972

L’œuvre, présentée au sein des collections permanentes au niveau 1 de l’aile nouvelle, a nécessité une restauration due à son mauvais état. En effet, le châssis d’origine inadapté expliquait que la toile flottait, se déformait et se déchirait engendrant la fragilité de la couche picturale. Celle-ci se soulevait, entraînant des pertes de matière alors que localement elle présentait des zones de pulvérulence.
L’intervention a permis d’assurer la conservation de l’œuvre dans le temps et permet sa présentation au public.

Retour à votre sélection